Accueillie ce mercredi à Beaune (Côte d’Or) par Emmanuel Macron, la chancelière allemande 
Angela Merkel a fait ses adieux à la France
après seize ans au pouvoir​, durant lesquels elle a travaillé étroitement avec quatre présidents français. « Angela ! Angela ! Bravo ! », a crié la foule qui attendait les deux dirigeants dans le centre-ville de Beaune. La chancelière, détendue, a accompagné le président français, aux côtés de leurs époux, Brigitte Macron et Joachim Sauer, pour saluer les quelques centaines de badauds. « Profitez bien de votre retraite », lui a lancé un homme en anglais, au milieu des selfies.

« Depuis que tu es Chancelière, la France a appris à te connaître et à t’aimer », « durant toutes ces années, tu as contribué à garder l’Europe unie malgré tous les chocs », « c’est un magnifique destin européen », a affirmé Emmanuel Macron en saluant avec émotion le « parcours exceptionnel » d’Angela Merkel. « Merci d’avoir accepté ce jeune président impétueux qui voulait tout bousculer », « merci de cette patience et de cette indulgence à mon égard », a-t-il ajouté.

Une ville symbolique

Après la solennité des sommets du G20 et de la COP26, l’ambiance était très décontractée entre les deux dirigeants, qui se sont salués d’une chaleureuse accolade. Pour cette visite d’adieu, l’Elysée a choisi Beaune, « une ville dont les monuments historiques et la culture du vin illustrent la richesse du patrimoine français ». Après la déambulation dans le centre historique, ils devaient visiter les célèbres Hospices de Beaune, joyau architectural du XVe siècle de style gothique flamboyant.

L’ancien hôpital mondialement célèbre pour son domaine viticole avait accueilli, en juin 1993, François Mitterrand et Helmut Kohl pour le 63e sommet franco-allemand. Mais, alors que ces derniers y étaient restés dîner, les couples Macron et Merkel se rendront au château du Clos de Vougeot, monument emblématique de la Bourgogne viticole situé au milieu des plus grands crus, fondé par des moines cisterciens au XIe siècle. Après un récital de piano, le Président et la chancelière y seront intronisés dans la Confrérie des Chevaliers du Tastevin qui, depuis sa création en 1934, célèbre la Bourgogne, sa cuisine et ses vins, ainsi que ses traditions.

Grand’Croix

Le Clos abrite le championnat du monde des œufs en meurette, spécialité bourguignonne d’œufs mollets dans une sauce au vin de bourgogne. L’entrée figure au menu des convives réalisé par Yohann Chapuis, chef du restaurant Greuze à Tournus. Elle sera accompagnée notamment d’un pâté en croûte, de truffes de Bourgogne et raisins, d’un bœuf du Charolais ainsi que de fromages frais et chocolats de Bourgogne. Le tout arrosé d’un Saint-Aubin 1er cru de 2015 et d’un Nuit Saint-Georges 1er cru de 2014.

L’un des moments forts de la soirée sera la remise, par Emmanuel Macron, de la Grand’Croix, la distinction la plus élevée de l’ordre de la Légion d’honneur, à la chancelière. Cette décoration, décernée à Konrad Adenauer, Willy Brandt, Helmut Kohl et Gerhard Schroeder, « incarne la solidité de l’amitié franco-allemande, entretenue par Angela Merkel », explique la présidence. En insistant sur les quatre années « de travail fructueuses entre le Président et la chancelière afin de renforcer la coopération bilatérale, marquée notamment par la signature du Traité d’Aix-la-Chapelle en 2019, et de contribuer au projet européen ».

« Capacité d’écoute »

Depuis la présidentielle de 2017, la relation personnelle et de travail entre Emmanuel Macron et Angela Merkel a considérablement évolué. Au départ, difficile de trouver beaucoup de points communs entre la chancelière de 67 ans, élevée à l’école de la prudence, et le jeune président de 43 ans qui a érigé l’audace et le mouvement en marqueurs politiques. Mais au fil du temps, ils ont réussi, selon de nombreux témoins, à bâtir une solide relation de confiance. Le président français s’est longtemps heurté aux réticences allemandes envers la hausse des dépenses de l’UE.

Face au Covid, ils ont su resserrer leurs liens pour conclure une alliance aboutissant en 2020 sur le plan de relance européen de 750 milliards d’euros, largement financé par des emprunts européens mutualisés. Ces derniers mois, le président français a loué « l’engagement », « la patience » et « la capacité d’écoute » de la chancelière. Avant Emmanuel Macron, Angela Merkel avait dû s’adapter aux caractères très différents de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

La chancelière doit quitter la politique après la constitution d’un nouveau gouvernement attendue pour décembre et actuellement négociée par les sociaux-démocrates (SPD), vainqueurs des législatives du 26 septembre, avec les écologistes et les libéraux. S’ils y parviennent, l’actuel ministre des Finances, le social-démocrate Olaf Scholz, lui succédera.

Allemagne : La chancelière Angela Merkel fait ses adieux à la France après seize ans au pouvoir
Source:
Source 1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here