Thursday, January 20, 2022
Home Breaking Coronavirus : Agnès Buzyn convoquée vendredi à la CJR pour une possible...

Coronavirus : Agnès Buzyn convoquée vendredi à la CJR pour une possible mise en examen pour sa gestion de l’épidémie

41
0

Agnès Buzyn à l'Assemblée nationale, le 30 juin 2020.

Agnès Buzyn à l’Assemblée nationale, le 30 juin 2020. — Jacques Witt/SIPA

L’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui avait démissionné mi-février 2020 au début de
l’épidémie de Covid-19, est convoquée, ce vendredi à 9 heures, devant la Cour de justice de la République (CJR) pour une possible mise en examen sur sa gestion de la pandémie, a annoncé une source judiciaire, ce jeudi,
confirmant une information du Monde.

Cette convocation à la CJR, seule juridiction habilitée à juger des ministres dans l’exercice de leur fonction, a lieu dans le cadre de l’enquête menée depuis juillet 2020 sur la manière dont le gouvernement a géré cette épidémie.

Agnès Buzyn se défend

A l’issue de cette audition, Agnès Buzyn peut être mise en examen ou ressortir sous le statut plus favorable de témoin assisté, si elle parvient à convaincre les juges qu’il n’existe pas suffisamment d’indices graves ou concordants pouvant être retenus contre elle. Alors que le monde commençait à prendre peur suite aux informations alarmantes venant de Wuhan, en Chine, celle qui est hématologue de formation avait pris la parole à l’Élysée le 24 janvier 2020 pour dire : « les risques de propagation du coronavirus dans la population sont très faibles ». Avant de préciser que cette analyse pouvait « évoluer ».

Mi-février, elle était remplacée par Olivier Véran, quittant le gouvernement pour briguer la mairie de Paris. Mais quelques jours après sa défaite électorale, alors que la France se confinait, elle créait un tollé en disant, dans le Monde du 17 mars 2020 : « Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous ». « Depuis le début je ne pensais qu’à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade », avait-elle encore dit au Monde, au sujet du processus électoral.

Près de 15.000 plaintes sur la gestion de l’épidémie

L’enquête avait été ouverte en juillet 2020 après que la commission des requêtes de la CJR, composée de hauts magistrats, avait estimé que neuf plaintes visant l’exécutif étaient recevables. Depuis, d’autres plaintes ont été jugées recevables et jointes à l’enquête. La commission d’instruction de la CJR avait été saisie de la seule infraction « d’abstention de combattre un sinistre » mais, d’après Le Monde, Agnès Buzyn est également convoquée vendredi pour une possible mise en examen pour « mise en danger de la vie d’autrui ».

Mercredi, le procureur général près la Cour de cassation François Molins, qui représente l’accusation à la CJR, a déclaré que « 14.500 plaintes » sur la gestion de la pandémie étaient arrivées à la CJR. Des juges d’instruction parisiens mènent en parallèle une enquête portant cette fois sur la gestion de cette crise par l’administration. Ce développement majeur dans cette enquête pourrait être suivi par d’autres convocations visant des membres actuels ou passés de l’exécutif, parmi lesquels Olivier Véran ou Edouard Philippe, et avoir d’importantes conséquences politiques pour la majorité, alors qu’Emmanuel Macron pourrait briguer sa ré-élection au printemps 2022.

Coronavirus : Agnès Buzyn convoquée vendredi à la CJR pour une possible mise en examen pour sa gestion de l’épidémie
Source:
Source 1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here