La course contre la montre continue. Le nombre de contaminations au Covid-19 a encore augmenté mardi, à 63.405 cas, soit le chiffre le plus haut depuis avril selon les données de Santé Publique France publiées mardi. Le 8 avril, 84.999 nouveaux cas avaient été enregistrés.

Les hôpitaux continuent d’accueillir de nouveaux malades, avec 1.662 nouvelles admissions (contre 1.505 lundi) et 362 admissions en soins critiques, pour un total de 2.792 malades. Au moins 158 personnes sont décédées, contre 231 lundi. Au total, depuis le début de la pandémie, plus de 120.800 personnes sont mortes du Covid-19 en France.

La vaccination a continué de progresser : 77,6 % de la population a reçu au moins une dose, soit 52.349.285 personnes, 76,1 % a un schéma de vaccination complet et 15.893.348 personnes ont reçu une dose de rappel depuis le lancement de la campagne en septembre. La vaccination des enfants « à risque », susceptibles de développer des formes graves du Covid-19, s’ouvre mercredi, avant sans doute d’être généralisée sur la base du volontariat à tous les autres dans les jours ou semaines à venir.

Restrictions outre-Manche face à un « raz-de-marée »

Le Royaume-Uni est confronté à un « raz-de-marée », selon Boris Johnson, de cas liés au variant Omicron, qu’il tente d’endiguer par une campagne de rappel vaccinal sans précédent. Pour éviter que les hôpitaux ne soient submergés, Boris Johnson a annoncé de nouvelles restrictions : tests quotidiens pour les cas contact, télétravail, port du masque en intérieur et pass sanitaire obligatoire dans les grands événements.

Cette dernière mesure, particulièrement critiquée par les députés de la majorité conservatrice qui la jugent liberticide et néfaste pour l’économie, a finalement été adoptée à 369 votes contre 126.

Une victoire très en demi-teinte pour le Premier ministre, devant l’ampleur de la rébellion de son camp : au moins 97 élus ont voté contre cette mesure, soit bien plus que la soixantaine initialement prévue, du jamais vu encore pour le dirigeant conservateur.

Vacances scolaires avancées aux Pays-Bas

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé la fermeture anticipée des écoles primaires avant les vacances de Noël et le prolongement des restrictions sanitaires actuelles jusqu’au 14 janvier à cause du nouveau variant Omicron. Les écoles fermeront à partir du 20 décembre, soit une semaine avant le début des vacances de Noël.

« Ce n’est évidemment pas un message joyeux que l’on espérait à l’approche de Noël. Mais ce n’est pas une surprise », a-t-il ajouté. « Nous ne pouvons pas ignorer le signal concernant le variant Omicron », a-t-il poursuivi. Le gouvernement prolonge par ailleurs jusqu’au 14 janvier les restrictions sanitaires actuelles, dont la fermeture des magasins non essentiels, bars et restaurants tous les jours entre 17 heures et 5 heures du matin.

« Rythme jamais vu », averti l’OMS

Le variant Omicron se propage « à un rythme que nous n’avons jamais vu avec aucun autre variant », a averti l’Organisation mondiale de la santé (OMS), appelant à utiliser tous les outils anti-Covid pour éviter que les systèmes de santé ne soient rapidement submergés à l’approche des fêtes de fin d’année.

Sur le front médical, des nouvelles encourageantes sont venues du côté de Pfizer : le géant pharmaceutique a confirmé que sa pilule anti-Covid réduisait de près de 90 % les hospitalisations et décès chez les personnes à risque lorsque prise dans les premiers jours après l’apparition des symptômes. Et une étude réalisée en Afrique du Sud a par ailleurs estimé que le vaccin de Pfizer était globalement moins efficace contre le variant Omicron, mais protégeait toujours à 70 % contre les cas graves de la maladie.

Coronavirus : Record de contaminations depuis avril en France, les restrictions se multiplient en Europe
Source:
Source 1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here