Pouvoir travailler sans craindre de perdre son revenu de solidarité active. Depuis le 15 avril, une proposition de loi
adoptée par le Sénat permet aux bénéficiaires de cumuler les revenus d’une activité salariée avec leur allocation pour une durée d’un an. Sans attendre le feu vert des élus du Palais du Luxembourg, quelques départements ont déjà lancé des expérimentations en ce sens sur leur territoire, comme la Côte-d’Or, l’Aude, la Dordogne, le Loir-et-Cher ou l’Aisne.
L’Ille-et-Vilaine s’apprête également à franchir le pas avec un dispositif qui sera lancé, selon nos informations, d’ici la fin de l’année ou début 2022.

Déjà en réflexion sous la précédente mandature, le projet vise « à favoriser l’insertion sociale et professionnelle des allocataires », selon Caroline Roger-Moigneu, vice-présidente du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine déléguée à l’insertion et à la lutte contre la pauvreté. S’ils le souhaitent, le dispositif n’ayant rien d’obligatoire, les 19.395 bénéficiaires que compte le territoire, un chiffre en hausse de 11,5 % sur un an, pourront donc dans les prochains mois travailler et toucher un salaire tout en continuant à percevoir l’aide de 565,34 euros versée chaque mois.

Sur des métiers saisonniers ou en tension

Toutefois, il y aura des conditions à respecter. Les bénéficiaires ne pourront ainsi pas travailler plus de 400 heures sur une année civile. Ils seront par ailleurs orientés vers des métiers saisonniers dans l’agriculture ou le tourisme ou vers des secteurs dits en tension comme le médico-social ou l’agroalimentaire. « Le dispositif permet aussi de répondre aux besoins de recrutement de ces secteurs qui peinent à embaucher », souligne l’élue écologiste.

Une plate-forme verra le jour prochainement pour mettre en lien les employeurs avec les bénéficiaires sur des offres ciblées. « On espère aussi que cela pourra déboucher sur des recrutements en CDD ou CDI car l’objectif reste bien évidemment de remettre ces personnes sur le chemin de l’emploi », indique Caroline Roger-Moigneu.

Dans l’Aude, le dispositif semble déjà porter ses fruits. « En 2020, l’opération avait favorisé le retour à l’emploi de 20 % des allocataires, indiquait récemment la présidente du département Hélène Sandragné. Plus globalement, quatre mois après la fin de l’expérimentation, 11 % des bénéficiaires avaient eu une proposition de contrat de travail et 18 % avaient créé leur entreprise dans le secteur agricole ».

Ille-et-Vilaine : On pourra bientôt cumuler RSA et emploi de courte durée
Source:
Source 1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here