Mardi soir, Teheiura était « au chaud », chez lui. C’est donc entouré des siens que le candidat a accepté de répondre à nos questions. Au bout du fil, on ne sent pas un homme accablé mais quelqu’un de serein qui garde tout de même une question en tête : quelle sera la réaction du public lorsqu’il apprendra, à la fin de l’épisode diffusé le soir même, qu’il a été exclu de Koh-Lanta : La légende ?

Dans l’entretien qu’il a accordé à 20 Minutes, Teheiura revient sur les faits, raconte les sentiments qui l’ont traversé durant cette épreuve et demande pardon à celles et ceux qui le suivent depuis 2011, année de sa première participation au jeu de
TF1.

Comment allez-vous ?

Jusqu’à aujourd’hui, ça va. J’ai pris assez de recul sur cette aventure et sur ce qu’il s’est passé. Le fait d’avoir avoué, d’avoir fait un mea culpa, m’a vraiment soulagé. Aujourd’hui, je suis bien envers moi-même.

Appréhendez-vous la diffusion de cet épisode ?

Ce n’est jamais évident, surtout aujourd’hui avec tous les messages haineux qu’on voit passer sur les réseaux sociaux. Je m’attends à tout. Au moins, je suis prêt mais je fais quand même confiance aux gens qui m’ont suivi et qui me soutiennent depuis des années dans cette grande aventure.

Parlons des faits. Comment avez-vous su que la production était au courant ?

Julien Magne [le producteur] est venu directement me voir pour me parler de ça. À ce moment-là, il n’avait pas tous les éléments. Moi, je n’étais pas bien depuis que ça s’était passé et j’ai tout de suite avoué, je ne me suis pas posé de questions. J’ai dit que j’avais accepté de manger de la nourriture de l’extérieur. J’ai dit que j’étais vraiment désolé, que je ne comprenais pas mon geste et que tout est allé très vite. Je savais que j’avais fait une bêtise et qu’il y aurait forcément une sanction. Je l’attendais, je l’ai clairement dit.

Vous saviez que la production n’avait pas d’image et vous avez choisi de l’assumer. Était-ce une manière de vous libérer d’un poids ?

Le fait d’avouer m’a libéré. Je n’étais vraiment pas bien et le fait de tout avouer à Julien Magne m’a vraiment soulagé. En faisant ça, je reste moi-même, je garde ma ligne de conduite, mes valeurs. J’ai fait une bêtise, j’assume et on verra bien.

On comprend que c’est quelque chose que vous ressassiez beaucoup…

Au moment où j’ai avoué à Julien Magne, je lui ai demandé ce qui allait se passer pour moi. « S’il y a une sanction, je l’accepterai et si je dois sortir, faites-moi sortir, il n’y a pas de souci » parce que c’est lourd comme charge. Jusqu’à ce que Denis vienne me chercher, je ne savais pas trop où j’étais, j’avais vraiment du mal à être à 100 % dans l’aventure et dans les épreuves. Quand je vois Denis venir vers moi sur l’île des bannis, je me dis que ce que j’attendais allait arriver et que quelle que soit la sanction, je l’accepterai.

Sur le moment, vous dites à Denis que vous ne vous comprenez pas vous-même. Est-ce que le temps qui s’est écoulé entre la fin du tournage et aujourd’hui a permis d’éclaircir votre pensée ?

Oui, bien sûr. C’est un mélange de beaucoup de choses. Le fait d’être sur ma terre natale, ce n’était pas toujours évident. Ça n’a pas été à mon avantage dans le sens où habituellement, dans Koh-Lanta, on est coupés de toute civilisation. Là, l’île principale était à quelques kilomètres de notre campement. Pire, j’arrivais à apercevoir le toit de la maison de mes parents. J’étais là, face à eux, sans pouvoir leur parler. C’était vraiment dur. Au départ, je me suis aussi mis une grosse pression en étant joueur à domicile, comme on le dit dans le sport. Il faut satisfaire son public, en l’occurrence le public polynésien. Et puis forcément, on le voit depuis le début de l’aventure, quand Denis nous annonce qu’il n’y a pas d’épreuve de confort sur la première semaine, on perd très vite en masse graisseuse.

Parfois, il y avait des aventuriers qui me sollicitaient, qui me demandaient d’aller voir les locaux quand des bateaux passaient. Ils me sollicitaient pour demander à manger, en fait. Mais j’ai toujours réussi à résister. Parfois, c’était un peu sur le ton de l’humour mais parfois, c’était assez sérieux. Ça m’a mis une pression psychologique supplémentaire. Jusqu’à ce moment fatidique où je croise le regard de cette personne en mer qui regardait vers ma direction. Je lui ai fait signe et quelque temps plus tard, lui m’a fait le signe d’aller voir à un endroit, il m’a montré un lieu. Je suis allé voir, il y avait un peu de nourriture. Il y avait aussi des camarades d’aventure pas très loin et je les ai invités à partager ce maigre repas avec moi.

Ces camarades n’ont pas été sanctionnés. Comprenez-vous cette décision ?

J’ai demandé à manger et par chance ou par malchance, je ne sais pas, la personne m’a laissé à manger. C’est moi qui les ai invités mais c’est vrai que si on parle du fait que manger de la nourriture extérieure à Koh-Lanta, c’est fauter, oui… Maintenant, ce n’est pas moi qui fixe les règles. À ce moment-là, je pensais tout simplement à ma bêtise et au fait de me soulager de ce poids-là.

Qu’avez-vous ressenti au moment de quitter le jeu, lorsque vous avez rejoint la résidence du jury final ?

C’est tellement de choses. Le soulagement, vraiment. C’est fou mais c’est la première fois que je suis soulagé de partir de Koh-Lanta. Et puis forcément, c’est à partir de là que [je pense au] fait que ça va être diffusé, que les réseaux sociaux sont là. Ce sont comme des petits flashs qui reviennent. Comment est-ce que ça va être perçu ? Est-ce que les gens vont comprendre ? Mais je me sentais bien, c’était le principal pour moi.

Qu’avez-vous envie de dire à vos fans ?

Je voudrais m’excuser auprès d’eux. Depuis des années, ils m’ont soutenu. Je leur demande vraiment pardon pour tout ça. Je sais que beaucoup ne l’entendront pas mais ce qui est fait est fait. Je veux m’excuser auprès d’eux et je les remercie encore de m’avoir suivi sur cette aventure malgré cette fin particulière.

Est-ce que, malgré les faits, cet acte vous a permis de tirer du positif ?

Comme on dit, on apprend de ses erreurs. C’est une très grosse erreur et avec le fait d’avouer les choses, on est quand même bien malgré tout. On sort grandi.

« Koh-Lanta » : « C’est la première fois que je suis soulagé de partir », confie Teheiura
Source:
Source 1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here