« Jimmy » et « ZZ », les deux accusés du meurtre de Rudy, 15 ans, abattu en novembre 2016 à
Marseille dans le style des
règlements de comptes du narcobanditisme, ont été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité vendredi par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône. Les condamnations de Khadim Thiam, 28 ans, et Samir Zerouali, 26 ans, ont été assorties d’une mesure de sûreté de 22 ans, comme l’avait demandé le parquet dans la matinée.

Les jurés de la cour d’Aix-en-Provence ont totalement suivi l’avocat général Christophe Raffin, selon qui seule pouvait s’appliquer une « peine d’élimination sociale définitive » face à ce « massacre », « l’exécution d’un jeune de 15 ans entravé, tué d’une balle dans le thorax et achevé comme un chien », dans les collines de Marseille. Si d’autres adolescents ont été tués sur des points de vente de stupéfiants marseillais, ils avaient été victimes de fusillades, a rappelé le magistrat : avec Rudy, « c’est le premier dossier où l’on s’en prend directement de cette façon à un mineur de 15 ans ».

Un témoignage décisif a brisé l’omerta

L’accusation reposait essentiellement sur le témoignage de Nourdine, un ami de Rudy, qui a confirmé devant les jurés avoir vu les deux accusés emmener l’adolescent, la main sur l’épaule. « A partir de là, il n’a plus été que dans un tunnel qui l’a amené à la mort. Son sort était scellé par ceux que désigne Nourdine », a estimé l’avocat général, en saluant le courage de ce témoin, qui « s’est accroché une cible dans le dos et n’a aucun intérêt à dire des choses inexactes ».

Ce témoignage venu briser l’omerta entourant traditionnellement les règlements de comptes à Marseille a été aussi au centre des plaidoiries de la défense, qui a réclamé l’acquittement.

« On est dans le délire »

Voir Rudy s’éloigner avec Samir Zerouali et Khadim Thiam ne signe pas leur participation à l’assassinat, ont insisté les avocats des accusés. « C’est plein de doutes, on n’a pas d’éléments, pas de certitudes », a plaidé Me Roch Lusinchi, le défenseur de « Jimmy » : « Qui l’a conduit sur les lieux ? Qui a tué ? Qui a mis le feu ? On vous demande une peine d’élimination sur des choses aussi fragiles ». L’absence de preuves matérielles a également été brandie par Me Philippe Jacquemin, le défenseur de Samir Zerouali, alias « ZZ » : « C’est la vacuité en termes de preuves. On est dans le délire, dans les incantations d’une petite bande de copains ».

Pour l’accusation, Rudy est en fait mort pour rien. Depuis un règlement de comptes le mois précédent, sur le parking d’un KFC de Marseille, la rumeur courait que le petit charbonneur de la cité Jean-Jaurès avait donné le top départ aux tueurs. L’une des victimes était un « cousin » de Khadim Thiam, victime d’une guerre de territoires de la drogue.

Les accusés vont faire appel

Jusqu’au bout, les deux accusés, ancrés dans le narcobanditisme marseillais et au très lourd passé judiciaire, ont crié leur innocence. « On me reproche à moi d’avoir fusillé un jeune homme de 15 ans attaché », a lancé Khadim Thiam : « C’est pas réel, on ne peut pas m’accuser de ça ».

Rappelant qu’au cours des trois dernières années il a déjà été condamné à un total de trente ans de prison, Samir Zerouali a imploré les jurés de « ne pas (le) juger par rapport à (sa) réputation » : « Je n’ai aucun motif de tuer quelqu’un, j’ai déjà pris trente ans, alors une peine de plus ! Mais je ne peux pas avouer pour faire plaisir. » Ils ont tous deux annoncé leur intention de faire appel de ce verdict.

Marseille : Perpétuité pour les assassins de Rudy, 15 ans, abattu lors d’un règlement de comptes
Source:
Source 1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here