Les mamans et les papas ne seront plus séparés de leur enfant à la naissance quelles que soient les circonstances. Pour cela, le secrétaire d’État à l’Enfance, l’association SOS Prema et la Société Française de Néonatalogie (SFN) ont dévoilé mercredi à l’hôpital Hautepierre de Strasbourg la « charte du nouveau-né hospitalisé ». « Nous ne voulons plus jamais que l’enfant soit séparé de ses parents à sa naissance », a souligné Charlotte Bouvard, fondatrice de
SOS Préma.

Cette séparation « est absolument inacceptable et toutes les preuves scientifiques montrent combien (la présence des parents) est essentielle dans la construction du lien parents-enfant et le développement de l’enfant », a-t-elle insisté. Pour Adrien Taquet, le secrétaire d’État chargé de l’Enfance et de la Famille, la « négation du rôle de la mère » observée lors de certaines hospitalisations n’est « supportable, ni individuellement ni collectivement » et relève d’« une forme de maltraitance ».

Principe de « zéro séparation »

La charte, diffusée auprès de 490 services de néonatalogie en France, est construite en 10 points autour du principe de « zéro séparation ». Elle prévoit une « présence continue, 24 heures sur 24, d’au moins l’un des parents » auprès de l’enfant, d’autoriser « la participation des parents aux soins » reçus par le bébé et reconnaît leur « rôle protecteur (…) dans la prise en charge de la douleur » du nourrisson.

« Les nouveau-nés perçoivent beaucoup de choses de leur environnement, et ont besoin en particulier des stimulations qui proviennent de leurs parents pour bien se développer », a relevé Pierre Kuhn, chef du service de néonatologie au CHRU de Strasbourg et membre de la SFN. Selon le Secrétariat d’Etat à l’Enfance, sur 740.000 naissances par an, 75.000 (soit 10 %) sont suivies d’une hospitalisation (dont 60.000 bébés prématurés).

Expérimentation de sorties précoces de nouveau-nés

SOS Prema précise que 39 % des mères d’un bébé hospitalisé à la naissance ont rencontré leur enfant plus de 5 heures après l’accouchement, selon une enquête réalisée au dernier trimestre 2020 auprès de 1.104 jeunes parents. Cette proportion monte à 54 % pour les naissances par césarienne.

Adrien Taquet a également annoncé le lancement, en 2022, d’un appel à projet visant à expérimenter, sur 10 sites en France, la « sortie précoce » des nouveau-nés accueillis en service de néonatologie avec la mise en place d’équipes mobiles permettant la poursuite des soins à domicile. Ce dispositif expérimental sera financé à hauteur de 2,6 millions d’euros pendant 3 ans.

Natalité : Les nouveau-nés hospitalisés ne seront bientôt plus séparés de leurs parents
Source:
Source 1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here