Ce devait être une soirée de fête ce 6 juillet 2018 à Rennes après la victoire quelques heures plus tôt des Bleus face à l’Uruguay en quart de finale de la Coupe du monde. Mais elle s’était achevée par un drame. A l’aube, une violente bagarre avait éclaté à la sortie de la discothèque L’Espace, située à deux pas du commissariat. Roué de coups, tout comme son ami Kévin, par plusieurs individus, Dorian Guémené avait été retrouvé gisant au sol un peu après 6 heures du matin, le visage fracassé. Le jeune barman de 24 ans était décédé le lendemain au CHU Pontchaillou. Très vite, l’enquête avait débouché sur la mise en examen de quatre individus,
suivie de deux autres début septembre.

Agé de 24 ans, Dorian Guémené était serveur dans un pub du centre-ville de Rennes.
Agé de 24 ans, Dorian Guémené était serveur dans un pub du centre-ville de Rennes. – J. Gicquel / 20 Minutes

Plus de trois ans après le drame, les agresseurs présumés de Dorian Guémené, âgés de 21 à 31 ans, vont comparaître à partir de ce lundi devant la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine, cinq pour
meurtre et le dernier pour destruction de preuves. Un procès autant espéré que redouté par les parents de Dorian. « C’est primordial pour notre reconstruction même si cela ne nous ramènera pas notre enfant », confie Philippe Guémené.

Ils réclament « une peine exemplaire, à la hauteur de notre souffrance »

S’ils ne redoutent pas la confrontation avec les meurtriers présumés de leur fils, ils attendent surtout des réponses. Que s’est-il passé ce soir-là à l’intérieur et à l’extérieur de la discothèque ? Et surtout pourquoi un tel déchaînement de violence sur leur fils, passé à tabac pendant plusieurs minutes alors qu’il était à terre ? « On ne veut pas d’excuses car le pardon est impossible, indique le père de Dorian. Mais s’ils pouvaient au moins dire la vérité, cela nous aiderait peut-être à avancer ». « Ils ont fait un acte abominable et il faut qu’ils paient maintenant », ajoute Carine Servain, la maman de Dorian, réclamant « une peine exemplaire, à la hauteur de notre souffrance ».

Durant ces deux semaines de procès, tout l’enjeu sera de déterminer les responsabilités de chacun des accusés. Avec d’un côté une bande de quatre, deux frères et leurs deux amis, avec qui Dorian et Kévin se sont embrouillés à l’intérieur de la boîte de la nuit. Et de l’autre deux étudiants, jusqu’ici étrangers à l’histoire, qui se sont mêlés à la bagarre à l’extérieur après une altercation avec la victime et son colocataire.

Depuis le début de l’enquête, les versions des uns et des autres ont souvent évolué, chacun essayant de minimiser sa participation ou de rejeter la faute sur l’autre. « Le procès va justement permettre d’y voir plus clair sur le rôle des uns et des autres, souligne l’avocat d’un des accusés. Car s’ils sont nombreux sur le banc, il ne faut surtout pas considérer qu’ils sont tous coupables ». « Quelle lâcheté quand même de se mettre à plusieurs sur une personne à terre », soupire Philippe Guémené.

Leur combat contre la violence

Plus de trois ans après cette mort violente qui avait secoué la capitale bretonne, la douleur et la colère sont toujours bien présentes chez les parents du jeune homme, décrit par tous comme « quelqu’un qui était proche des gens, aimait la vie et ne voyait jamais le mal ». Ils mènent également depuis un combat contre la violence qui se banalise à Rennes comme ailleurs. « On le fait pour Dorian, pour que sa mort ne soit pas inutile », assure sa maman.

Ils réclament aux pouvoirs publics de prendre des mesures plus fermes pour tenter d’endiguer ce phénomène, demandant notamment l’installation de caméras de vidéoprotection à proximité de tous les lieux festifs de la capitale bretonne. « On sait bien que ça ne réglera pas tout mais on ne peut pas rester les bras croisés, souligne le père de Dorian. Pour éviter au moins que d’autres familles ne vivent un tel drame ».

Rennes : « Que sa mort ne soit pas inutile », clament les parents de Dorian, battu à mort à la sortie d’une discothèque
Source:
Source 1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here